Mise en place d’une dynamique préventive dans la gestion des risques professionnels

Nos équipes vous proposent différentes prestations de conseil et de formation afin d’améliorer les conditions de travail en agissant sur quatre axes principaux : l’organisation du travail, la gestion des compétences, l’encadrement, et le dialogue social.
Il est ainsi possible de prévenir les risques professionnels et d’améliorer la santé au travail, de développer et gérer les compétences et les parcours professionnels des salariés, de prendre en compte les évolutions de la population au travail (vieillissement , handicap…) tout en conduisant les changements technologiques et organisationnels dont l’établissement a besoin pour se développer.

Les modes opératoires 

  • Cohérent : la direction affiche clairement les objectifs à atteindre
  • Participatif : l’ensemble des acteurs sont impliqués à travers l’animation de groupes de travail,  comités techniques et de comités de pilotage.
  • Engagé : une attention particulière est portée sur le « Midle Management » pour garantir la pérennité de la démarche.
  • Précis : Des axes de travail peuvent être orientés pour réduire les AT / AM, le Turn Over…

Quelques prestations associées.

  • Rédaction du document unique des risques professionnels et des PPMS
  • Formation réglementaire du CHSCT 3/5 jours
  • Formation des référents préventeurs
  • Mise à disposition d’outils logiciels dédiés à la gestion des risques
  • Accompagnement à la mise en place des fiches et comptes pénibilité
  • Séminaire de sensibilisation des cadres aux enjeux de la prévention
  • Conduite d’un diagnostic Risque Psychosociaux…
  • Formation CACES, Habilitation électrique, SST, chargés d’évacuation, extincteurs
  • Organisation d’exercices d’évacuation pour les EPR…

Ce que dit la loi ! « Tout employeur a une obligation de résultat en matière de sécurité et de protection des travailleurs placés sous son autorité. Cela comprend l’évaluation et la prévention des risques, l’information et la formation du personnel, la mise à disposition d’équipements adaptés et l’organisation des secours. En cas d’infraction, les sanctions peuvent être pénales. »

Les salariés ont également l’obligation de prendre soin de leur propre sécurité et de celle des personnes qui peuvent être affectées par leurs actes.

L’instance paritaire de référence est le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) qui doit être mis en place dans tous les établissements d’au moins 50 salariés. En dessous de cet effectif, ses missions sont tenues par les délégués du personnel. Il réunit l’employeur et les représentants du personnel et, à titre consultatif, le médecin du travail et l’inspecteur du travail. Son rôle est de contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des travailleurs, à l’amélioration des conditions de travail et à l’observation des prescriptions légales et réglementaires. Le CHSCT se réunit au moins tous les trimestres et à la suite de tout accident grave.

Depuis le 1er janvier 2017, le compte de prévention pénibilité fait partie du compte personnel d’activité (CPA).

La pénibilité se caractérise par une exposition, au-delà de certains seuils, à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels pouvant laisser des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé.

Pour être prise en compte, la pénibilité doit avoir une intensité et une durée minimales. Ces valeurs minimales sont évaluées en prenant en compte des moyens de protection collective ou individuelle mis en œuvre par l’employeur. La pénibilité peut être liée aux rythmes de travail, à un environnement physique agressif ou à des contraintes physiques importantes.

Vous souhaitez être accompagné dans cette démarche ?